Pédale de grosse caisse Camco

Au même titre que les baguettes, la pédale de grosse caisse est un équipement primordial pour le batteur puisqu’elle transmet son intention vers le fût le plus imposant du kit. Dans le même temps, elle l’aide à définir la sonorité de la grosse caisse. Certains batteurs négligent son choix. D’autres musiciens, au contraire, surestiment son apport dans leur jeu. Tout au long de cet article, vous allez découvrir les différents composants d’une pédale de grosse caisse, ses déclinaisons et son évolution au fil de l’histoire de la batterie. Connaître un peu mieux cet élément du hardware vous aidera très certainement à faire le bon choix et à en tirer le meilleur.

Pédale de grosse caisse Camco
Photo libre de droit

La pédale de grosse caisse : un équipement très technique

Quel que soit le modèle choisi, le fonctionnement d’une pédale de grosse caisse est immuable : le pied du batteur actionne une semelle et un système de transmission communique son énergie à une batte pour qu’elle frappe la peau de la grosse caisse.

Le principe est très simple. Sa mise en œuvre l’est beaucoup moins. Par conséquent, la pédale de grosse caisse est un équipement très technique dans lequel chaque élément a une réelle importance en terme de stabilité, de fluidité, de vitesse, etc.

Partons à la découverte de chacun de ses composants afin d’apprécier leur influence respective sur le jeu du batteur.

Composition d'une pédale de grosse caisse
Composition d’une pédale de grosse caisse – Illustration : FR[ed]C

Le socle et les potences

Le socle est le plus souvent constitué d’une plaque sur lequel repose la pédale. Plus ou moins large, il assure avant tout la stabilité générale pendant le jeu. Un revêtement antidérapant et des piques rétractables renforcent le maintien de la pédale.

Afin de faciliter le transport de leur hardware, certains batteurs préfèrent disposer d’une pédale légère et pliable. Dans ce cas, un système de crochets amovibles remplace le socle fixe et assurent la liaison entre le talon de la semelle et les potences. La pédale est alors un peu moins rigide si l’attaque du batteur est prononcée.

Pédale de grosse caisse Tama HP30
Pédale pliable TAMA HP30
Source : TAMA

Le socle comprend également le dispositif de fixation sur le cercle de la grosse caisse. Il s’agit le plus souvent de mâchoires de serrage sur pivots qui doivent garantir à la fois un accrochage parfait et un bon positionnement de la pédale sur le sol. Pour cela, les fabricants de hardware ont mis au point des systèmes de mâchoires orientables ou montées sur des rotules qui permettent de s’adapter à l’épaisseur et à la courbure du cercle sans endommager le fût.

Les potences définissent également la robustesse et la stabilité de la pédale de grosse caisse. Ces montants verticaux sont effectivement essentiels puisqu’ils maintiennent l’axe supportant la batte et le ressort assurant le retour de cette dernière.

Ces éléments peuvent être très simples ou présenter un design plus élaboré. Certains fabricants proposent également des modèles avec une seule potence latérale.

Pédale de grosse caisse Pearl P-930
Pédale PEARL P-930 – Source : PEARL

Le ressort

Sans ressort, pas de retour de la batte après une frappe.

La majeure partie des concepteurs optent désormais pour le ressort de traction. Disposé verticalement, il est fixé en partie haute sur l’axe au moyen d’une pièce munie d’un piton. Ce dernier peut être réglable ou le support peut favoriser les oscillations libres du ressort pour qu’il se trouve en permanence dans une position optimale. Sur les modèles haut de gamme, le système de bascule comprend des roulements à billes afin de limiter les sources de friction au niveau de cette pièce très sollicitée.

Ressort sur une pédale de grosse caisse
Le ressort à tension réglable
sur une pédale Pearl Demon Drive P-3000D – Source : PEARL

En partie basse, le ressort est fixé sur le côté de la potence. La pièce qui permet de le maintenir assure dans le même temps le réglage de la tension. Le principe consiste en deux molettes qui permettent de régler et de bloquer la tension choisie du ressort (sur le principe de l’écrou et du contre-écrou). De nombreuses variantes du système basique existent : blocage amélioré, base pivotante pour favoriser une traction droite du ressort, etc.

La semelle

La semelle (footboard) est un composant primordial de la pédale de grosse caisse. Cette pièce mobile est en effet le point de contact avec le pied du batteur. Elle recueille la moindre information transmise par le musicien afin de la transmettre à la grosse caisse. Pour cela, elle est reliée au sol au niveau du talon et au système de transmission à son extrémité opposée.

Vous rencontrerez deux types de semelles.

La semelle courte est sans doute la plus traditionnelle et la plus commune. Dans ce cas, elle comprend deux éléments distincts : une partie fixe, le talon et une partie mobile, la semelle à proprement parler. Une charnière assure la liaison entre les deux.

De plus en plus de fabricants proposent désormais des semelles longues (longboard). Le talon fixe est supprimé (ou de taille réduite) et on dispose la charnière à l’extrémité de la semelle en liaison directe avec le socle de la pédale.

Pédale de grosse caisse Axis
Pédale AXIS Longboards X Single – Source : AXIS Percussion

Quelle que soit la marque, la forme de la semelle est assez similaire. En revanche, elle peut être plus ou moins épaisse et donc plus ou moins lourde. Sa surface peut être complètement lisse, striée, recouverte d’un revêtement antidérapant, perforée de multiples trous, etc.

Et, encore une fois, il existe de nombreuses options possibles : matériaux (aluminium, titane, etc.), butée amovible, charnière avec roulements à billes, plaques réversibles (une face lisse et une face antidérapante), etc.

Le système de transmission

Le système de transmission assure la liaison entre la semelle et la batte. Il allie sensibilité et réactivité pour transférer le plus fidèlement possible l’énergie du batteur à son instrument. Il revêt donc une importance primordiale quant au ressenti du batteur lors de la frappe.

Le système le plus répandu aujourd’hui est la transmission par chaîne simple ou double (chain-drive). Il s’agit d’un bon compromis entre flexibilité et stabilité. Il procure des sensations naturelles et la transmission du mouvement est rapide et linéaire.

La double chaîne est plus stable, plus solide et offre un meilleur contrôle. La simple chaîne est synonyme de légèreté et de réactivité.

La transmission par courroie (belt-drive) est une alternative à la chaîne, moins répandue actuellement. Une bande (ou sangle) en fibres synthétiques très résistantes (polyéthylène, nylon, fibre de verre) remplace la chaîne. Les sensations de jeu sont proches de la transmission par chaîne. Cependant, la courroie est plus flexible et peut donner l’impression d’un moindre contrôle de la pédale. En contrepartie, la pédale est plus légère et le temps de réaction un peu plus vif.

Système de transmission par double chaîne ou courroie sur une pédale YAMAHA FP8500 Serie – Source : YAMAHA

Transmission par chaîne
Transmission par double chaîne
Transmission par courroie
Transmission par courroie

Le troisième mode de transmission est l’entraînement direct (direct-drive). Il implique une liaison rigide entre la semelle et la came au moyen d’une pièce métallique. La frappe est alors précise, puissante et instantanée. Mais cette rigidité peut nuire à la souplesse être traumatisante pour les articulations.

Pédale PDP PDSPCXFD direct drive
Entrainement direct sur une pédale PDP PDSPCXFD
Source : PDP

La première pédale moderne de Ludwig utilisait déjà ce dispositif. De nos jours, il est généralement destiné aux pédales haut de gamme et aux batteurs expérimentés.

La came

La came fait intégralement partie du système de transmission. Elle est disposée sur l’axe et reçoit l’extrémité de la chaîne, de la courroie ou de la tige métallique. Sa forme influence directement le mode de déplacement de la batte.

Une came linéaire (ronde) donnera à la batte une trajectoire et une vitesse constante tout au long de son parcours. À l’opposé, une came offset (asymétrique ou excentrique) produira une accélération du déplacement de la batte à l’approche de la peau et donnera davantage de puissance à la frappe.

Certains fabricants (comme Pearl) proposent des cames interchangeables pour certaines de leurs pédales. Les américains de DW ont opté pour une came réglable sur les pédales de la série 9000. Quant à la marque japonaise Tama, elle commercialise la pédale Iron Cobra 900 soit avec une came offset (Power Glide) soit avec une came linéaire (Rolling Glide).

Choix entre came linéaire ou offset pour la pédale Iron Cobra 900 de TAMA – Source : TAMA

Came linéaire
Came linéaire
Came offset
Came offset

La batte

La batte est l’élément terminal de la pédale de grosse caisse. C’est à elle que revient le rôle de frapper la peau. Composée d’une tige et d’une tête, elle est installée dans un logement fixé directement sur l’axe.

Vous trouverez une multitude de modèles de battes qui diffèrent par la forme de la tête et par les matériaux utilisés. Pour en savoir plus, je vous renvoie vers l’article La bataille des battes entièrement consacré à cet accessoire.

L’évolution de la pédale de grosse caisse

Avant d’aboutir à l’équipement que nous connaissons actuellement, la pédale de grosse caisse a connu une évolution régulière liée aux changements du rôle des musiciens dans les orchestres, aux progrès techniques et à l’utilisation de nouveaux matériaux.

Le « double drumming »

De tout temps, les musiciens de rue (comme les hommes-orchestres) ont développé divers procédés leur permettant de jouer seuls sur différents instruments (dont des percussions). Ils portent alors la grosse caisse sur le dos et une cordelette attachée au pied actionne une batte en marchant.

Au cours du XIXe siècle, on cherche à limiter le nombre de musiciens (et donc le nombre de salaires) au sein des orchestres. Les trois percussionnistes jouant respectivement la caisse claire, la grosse caisse et les cymbales laissent peu à peu la place à deux musiciens (caisse claire d’une part, grosse caisse et cymbales fixées sur le cercle de la grosse caisse d’autre part).

Puis, avec l’invention du “double drumming”, le percussionniste joue désormais sur deux fûts (la caisse claire et la grosse) et sur une cymbale en même temps. Selon William F. Ludwig, Franck Wagner, batteur au Chicago Theater entre 1877 et 1891, serait l’inventeur du “double drumming”. Ce dernier a installé la grosse caisse sur laquelle est fixée une cymbale à droite de sa caisse claire. Il frappe alors successivement chacun des trois éléments avec ses baguettes.

Mais cette installation trouve vite ses limites. Et c’est en Angleterre qu’est apparue la première ébauche de pédale de grosse caisse. Au cours de l’époque victorienne, Joseph Richardson a développé un lithophone (xylophone où les lames en bois sont remplacées par des pierres) grâce auquel son groupe familial, The Richardson Rock and Steel Band, connaît un vif succès à travers l’Europe. Vers 1840, il demande à Cornelius Ward de créer différents accessoires pour les percussionnistes dont une pédale de grosse caisse.

Les pédales de grosse caisse « suspendues »

Il faut attendre 1887 pour que le premier brevet soit délivré pour une pédale de grosse caisse aux Etats-Unis. Il est l’œuvre d’un inventeur de Saint-Louis, George R. Olney, créateur de la Over-hanging Bass Drum Pedal. Il s’agit alors d’une pédale “suspendue” en bois : un bras oscillant fixé sur le cercle en partie haute de la grosse caisse supporte la batte et est actionné par une pédale au moyen d’une tige métallique ou d’une sangle en cuir. Ces pédales frappent simultanément la grosse caisse et une cymbale fixée sur la grosse caisse.

Pédale de grosse caisse suspendue
Over-hanging bass drum pedal de G. R. Olney
Auteur : G.R. Olney [Domaine public]

Par la suite, les batteurs ont souvent fait preuve d’une grande inventivité et ils ont fabriqué eux-mêmes leur propre pédale de grosse caisse.

Vers 1894, le batteur Edward “Dee Dee” Chandler est un précurseur à la Nouvelle-Orléans. Il fabrique une pédale en bois lui permettant de jouer de la grosse caisse avec le pied tout en jouant de la caisse claire avec les baguettes. D’autres ingénieux batteurs suivront son exemple en développant avant tout des pédales “suspendues” en bois. Les “double drummers” cèdent peu à peu la place au “trap drummers”, terme alors utilisé pour désigner les percussionnistes / batteurs utilisant une pédale.

Mais ces pédales de grosse caisse demeurent rudimentaires et difficiles à utiliser. Elles manquent de puissance, de vitesse et de précision.

Un tournant signé Ludwig

Ce n’est qu’en 1909 que William F. Ludwig commercialise une pédale qui préfigure l’équipement que nous connaissons aujourd’hui : la Toe Operated Bass Drum Pedal. En effet, le brevet déposé comporte déjà tous les éléments distinctifs de la pédale de grosse caisse moderne : la fabrication en métal (acier), la potence, l’axe de rotation, le ressort assurant le retour de la batte, le dispositif de fixation à mâchoire, la batte avec une tige réglable, la semelle reliée au talon par une charnière, le système de transmission directe.

Ludwig Toe Operated bass drum pedal
Toe Operated bass drum pedal de Ludwig [Domaine public]

Face à la forte demande, chaque manufacture de batterie cherche à développer des produits similaires. Mais la société Ludwig & Ludwig frappe fort une nouvelle fois en 1937 avec la commercialisation de la pédale Speed King. Conçue en collaboration avec le batteur Ray Bauduc, cette pédale améliore considérablement la version de 1909 en proposant notamment deux ressorts à compression réglables et intégrés dans la double potence et des roulements à billes. Utilisée par les plus grands batteurs (Buddy Rich, John Bonham …), cette pédale iconique est toujours commercialisée par Ludwig (avec quelques mises à jour techniques modernes).

Pédale Ludwig Speed King
Pédale Ludwig Speed King – Extrait du catalogue Ludwig de 1939
Source : Drum Archive

La transmission par chaîne s’impose

Au cours des décennies suivantes, les améliorations techniques n’ont pas révolutionné le fonctionnement et le design des pédales de grosse caisse.

Au début des années 1950, Sonor développe la transmission par bande avec la pédale Rasant et sa sangle en cuir. De son côté, Trixon propose la pédale Speedmaster avec la première transmission par chaîne.

Les années 1960 voient l’apparition de la pédale Ghost inventée par Bob Ramsey. L’innovation technique consiste en l’utilisation de deux ressorts hélicoïdaux gérant indépendamment l’aller et le retour de la batte. Racheté par Ludwig en 1975, le principe a été abandonné en 1981 pour des raisons de maintenance trop complexe.

En 1974, la société Camco dépose un brevet pour un mécanisme d’entraînement à chaîne avec une came à pignons crantés. Racheté par Tama en 1980, le brevet est mis en application sur la pédale Camco #6735. Cette invention a largement contribué au succès de la marque japonaise tandis que la transmission par chaîne est devenue un standard de la pédale de grosse caisse.

Pédale Camco 6735
Pédale Camco 6735 / Tama HP 35 – Source : Catalogue TAMA 1982

“Si je suis resté sur Camco aussi longtemps, c’est parce que je considérais que toutes les autres pédales du marché étaient horribles à jouer. (…) Mais il faut avouer que les Camco n’étaient pas des exemples de solidité. J’en ai cassé des tonnes.”

Gene HOGLAN – BATTEUR MAGAZINE #344 – Juillet / Août 2020

Dans les années 1970-80, la pédale Caroline fabriquée par Asba connaît un énorme succès. Elle n’a pas révolutionné la conception technique des pédales de grosse caisse, mais sa qualité de fabrication lui vaut d’être devenue un objet culte grâce à des batteurs comme Mitch Mitchell et J.R. Robinson.

Les évolutions modernes

Aujourd’hui, les marques japonaises dominent le marché de la pédale de grosse caisse avec Tama, Yamaha, Pearl et Mapex. Les américains suivent avec DW, Ludwig et Gibraltar et se positionnent sur le marché des pédales haut de gamme avec Axis et Trick. En Europe, seule la marque allemande Sonor tire son épingle du jeu tandis que des sociétés comme ACD (Autriche) et Czarcie Kopyto (Pologne) mise sur une fabrication haut de gamme, en petite série et à la demande.

Néanmoins, les améliorations se poursuivent en terme d’ergonomie et de réglages toujours plus nombreux et précis : roulements à billes plus fluides, mâchoires à rotule s’adaptant à la forme du cercle, tête de batte orientable, ajustement du poids de la batte, charnière à roulements à billes pour la semelle, blocage de la tension du ressort, organes de réglages plus accessibles, etc.

Et quelques sociétés continuent de miser sur les innovations techniques.

Ainsi, avec la pédale Perfect Balance, Sonor a développé un système de mâchoires automatiques et une potence unique articulée permettant le pliage de la pédale.

Axis et Trick ont fondé leur notoriété sur l’utilisation de matériaux et de technologies d’ordinaire utilisés par les industries de pointe (découpe laser, aluminium usiné et non moulé, roulements à billes haut de gamme, pièces en titane, en acier et en aluminium de qualité aéronautique, etc.).

Pédale Drumnetics ND5 Long Board Single
Pédale Drumnetics ND5 Long Board Single
Source : Drumnetics

Et des recherches actuelles sont orientées vers la réduction de la résistance rencontrée par le pied du batteur lors d’une frappe. Drumnetics développe depuis 2006 des pédales disposant d’un système magnétique remplaçant les traditionnels ressorts. Dans le même temps, Dave Ruprecht a mis au point la pédale Airlogic misant sur une technologie basée sur l’air comprimé.

Choisir sa pédale de grosse caisse

Face à un accessoire aussi complexe, on se pose de nombreuses questions lorsqu’il s’agit de choisir sa pédale de grosse caisse. Que faut-il privilégier : les matériaux utilisés, le système de transmission, les réglages possibles, le prix ?

Au moment du choix, gardez à l’esprit que les sensations de jeu dépendent bien entendu du modèle de pédale retenu, mais également des différents réglages personnalisés que vous pourrez y apporter. Pour cela, il n’y a aucune règle établie. Tout est une question de sensations et de confort de jeu.

Le choix du système de transmission

Pour un débutant, le choix le plus judicieux est très certainement la transmission par chaîne (simple ou double). En effet, ce système est polyvalent tout en développant le contrôle de la pédale et le ressenti des nuances.

La transmission par courroie est également adaptée au débutant recherchant davantage de souplesse. Mais le choix du modèle de pédale est beaucoup plus restreint.

En revanche, l’entraînement direct est davantage réservé aux batteurs plus expérimentés recherchant vitesse et précision. Son aspect plus “mécanique” ne convient d’ailleurs pas à tous les styles de jeu et à tous les genres musicaux.

Quant à la possibilité de changer le modèle de cames, elle n’est pas indispensable à tous les batteurs.

Le choix de la semelle

Selon votre style de jeu, la configuration de la semelle peut être un critère de choix.

La semelle courte est la plus polyvalente. Elle s’adapte à toutes les configurations.

En revanche, si vous êtes un adepte de la technique “heel – toe” (talon – pointe), le choix d’une semelle longue peut être plus judicieux.

Quant à la nécessité de disposer d’un talon fixe, votre technique de pied vous donnera la réponse selon que vous jouez avec le talon posé (heel-down) ou avec la pointe du pied (heel-up).

On a vu précédemment que la forme de la semelle est similaire sur les différents modèles proposés sur le marché. En revanche, l’épaisseur et donc le poids de cette dernière peuvent être très différents selon les fabricants. Ceci peut avoir son importance si vous recherchez avant tout la vitesse d’exécution.

Le réglage de l’inclinaison de la semelle est un véritable atout pour affiner les sensations et améliorer le confort de jeu. En effet, plus la semelle est inclinée, plus il est facile de l’actionner, mais au détriment du confort, car la cheville est plus sollicitée.

Les réglages

La possibililité de régler la tension du ressort est incontournable et toutes les pédales disponibles sur le marché offrent cette option.

Jouer avec un ressort faiblement tendu implique moins de fatigue et une frappe plus douce. En revanche, le retour de la batte est plus lent et cela oblige à utiliser davantage le rebond de la batte pour gagner en vitesse. A l’opposé, une tension élevée permet de développer un jeu plus rapide mais en produisant davantage d’efforts.

Réglage tension du ressort
Réglage de la tension du ressort sur une pédale Tama HP200P – Source : TAMA

L’ajustement de l’angle de la batte permet de gérer son éloignement de la peau au repos ce qui influence directement la puissance et l’attaque de la frappe. Pour résumer, une batte très inclinée donnera davantage de puissance alors qu’une batte peu inclinée sera synonyme de vitesse. Et il faut également prendre en compte le fait de jouer batte collée ou décollée.

Si vous souhaitez optimiser la configuration de votre pédale, vérifiez que l’angle de la batte et l’inclinaison de la semelle peuvent être gérés indépendamment, car ces réglages sont souvent liés sur les modèles d’entrée de gamme.

Le réglage de la longueur de la tige de la batte est également important, car il influence directement la longueur du bras de levier et donc le poids de la batte. Ainsi, avec une batte longue, vous jouerez plus lentement, mais avec davantage de puissance qu’avec une batte courte.

Concernant le poids de la batte, certains fabricants offrent la possibilité de l’adapter. Ils proposent alors un système de contrepoids coulissant sur la tige ou des poids additionnels à insérer dans la tête de la batte. Cela permet d’obtenir davantage de puissance avec une batte lourde ou davantage de vitesse avec une batte légère.

Le prix

Si vous parcourez les catalogues des différents fabricants, vous constaterez une énorme différence de prix entre les pédales d’entrée de gamme (50 € environ) et les modèles haut de gamme (600 € et plus). Mais qu’est-ce qui justifie un tel écart ?

Pédale Gibraltar 4711SC
Pédale Gibraltar 4711SC (55 € environ) – Source : GIBRALTAR
Pédale DW MDD
Pédale DW MDD (585 € environ) – Source : DW

Les pédales les plus chères sont souvent fabriquées à partir de matériaux de meilleure qualité (aluminium usiné et non moulé, mécanismes de précision, etc.) et les procédés de fabrication s’éloignent des productions de masse (fabrication sur commande, usinage manuel, etc.).

Cela conduit à la création de pédales de grande précision pour lesquelles chaque détail est étudié pour réduire le poids de la semelle, pour minimiser la résistance et la perte de puissance au cours du jeu.

Dans leur argumentaire commercial, les fabricants de hardware mettent également en avant la robustesse et la longévité de leurs pédales situées en haut de gamme.

La qualité de fabrication doit également permettre d’éviter un désagrément majeur : le bruit de la pédale ! En effet, quoi de plus énervant qu’une pédale qui grince et produit des bruits parasites…

De même, le design est un critère qui peut faire augmenter le prix : une semelle très fine, un look futuriste et épuré, etc.

Des options utiles

Suivant l’utilisation que vous ferez de votre pédale de grosse caisse, d’autres options peuvent être bien utiles :

  • fourniture d’une housse ou d’une mallette (si vous démontez et transportez régulièrement votre pédale),
  • accès facile aux différents réglages (réglage de la tension du ressort en partie haute par exemple),
  • logement pour une clé de réglage sur la pédale,
  • possibilité d’installer une butée de pied réglable sur la semelle,
  • possibilité de modifier le système de transmission (double chaîne/courroie par exemple),
  • cames interchangeables,
  • etc.
Cames interchangeables sur la pédale Pearl Eliminator Redline – Source : PEARL

Et je vous conseille également :

  • de vérifier s’il est possible de se procurer facilement des pièces détachées pour effectuer de petites réparations,
  • de faire des essais et d’expérimenter des réglages avant d’investir plusieurs dizaines ou centaines d’euros dans une pédale de grosse caisse.

Un choix très personnel

Dans l’histoire de la batterie, l’invention de la pédale de grosse a constitué une étape déterminante, conduisant les percussionnistes à devenir batteurs.

Cet équipement a connu de nombreuses améliorations techniques et ergonomiques. Et les fabricants poursuivent leurs recherches afin d’offrir toujours plus de réglages, de vitesse, de précision, de puissance, de contrôle, de fiabilité, etc.

Cependant, la pédale la plus onéreuse et la plus perfectionnée ne sera pas forcément celle qui vous conviendra le mieux.

Ce choix est extrêmement personnel, car les sensations de jeu seront très différentes d’un batteur à un autre. Et les besoins peuvent différer selon les contextes musicaux. Quel que soit le système de transmission ou le type de came, ce sont les sensations ressenties qui guideront souvent le choix du batteur. Certains préféreront des modèles très spécialisés tandis que d’autres opteront volontiers pour un modèle polyvalent.

Une pédale de grosse caisse doit avant tout être adaptée à votre technique de jeu et à votre niveau. Et, dans les faits, un batteur pourra être très performant et exprimé toute sa personnalité avec une pédale basique.

Autrement dit les réglages effectués et le savoir-faire du batteur seront primordiaux pour l’efficacité de la pédale et le rendu sonore de la grosse caisse.

Un batteur bien avisé s’en remettra ainsi davantage à son travail qu’à un modèle de pédale « miracle » censé résoudre toutes ses difficultés.


Comment avez-vous choisi votre pédale de grosse caisse ? Quel est votre modèle favori ? Dites-moi tout dans les commentaires !


Pour être informés de la publication des prochains articles, abonnez-vous à la newsletter de Rim Shot & Ghost Note.

Note : Cet article est une nouvelle fois réalisé de manière totalement indépendante et il ne contient aucun lien affilié. Je ne suis pas parrainé par les marques citées et je ne touche aucune contrepartie pour publier cet article.

Sources pour cet articles :

Recevez mon guide pdf gratuit !

La double pédale ... Premiers exercices & Premiers rythmes 

 

 Effectuez vos premiers pas à la double pédale grâce à 7 exercices de difficulté progressive et 3 rythmes pour jouer vos premiers grooves.

Je déteste les spams ! Votre adresse ne sera ni vendue ni divulguée. En vous inscrivant ici, vous acceptez de recevoir régulièrement par courriel des publications gratuites de Rim Shot & Ghost Note. Vous pouvez accéder à vos données personnelles et vous désabonner à tout moment en cliquant sur les liens présents dans chaque courriel.