Après six mois de pratique, il est temps pour moi de faire un point sur mon apprentissage de la double pédale de grosse caisse.

Je devrais plutôt dire que j’ai travaillé la double pendant deux périodes de deux et quatre mois entrecoupées de quatre semaines environ d’inactivité en Février en raison d’un problème récurrent au dos (mais qui n’a rien à voir avec la batterie !).

Cela a très certainement freiné un peu ma progression en créant une interruption assez conséquente. Néanmoins, j’ai essayé de pratiquer le plus régulièrement possible et je commence à voir les résultats de cet apprentissage.

Je vous livre ci-dessous mon premier retour d’expérience…

La double pédale / 3

Crédit photo : FR[ed]C

De bonnes sensations…

Ma première impression est vraiment positive. Après six mois de pratique plutôt régulière, je commence à ressentir de bonnes sensations. Et, mon jeu aux pieds commence à se délier.

Ma position assise est beaucoup plus stable et j’ai trouvé un certain équilibre derrière les fûts.

Pour cela, j’ai légèrement reculé mon siège par rapport à ma position initiale. Et, depuis le début de l’année, j’ai opté pour un siège plus confortable (merci Père Noël !). C’est un MAPEX T775. Son assise de type selle présente l’avantage de libérer l’arrière des cuisses. Par ailleurs, le dossier ajustable soulage les lombaires (c’est là que réside mon problème récurrent !).

Mes mouvements sont beaucoup moins mécaniques et forcés. Peu à peu, les gestes deviennent plus souples et naturels et je trouve que cela s’entend au niveau des frappes.

Et, point important, je ne ressens ni gêne ni douleur pendant et après les séances qui sont parfois dures physiquement. C’est un signe que ma position est adaptée et que les mouvements pratiqués ne sont pas traumatisants pour les muscles et les articulations sollicités.

Le flatfoot…

Pour la technique de pieds, mes premières impressions se sont confirmées au fil des séances. En effet, j’ai conservé la position « flatfoot » qui s’est imposée naturellement.

Avec le relâchement, cette technique qui utilise la souplesse de toutes les articulations de la jambe tout en conservant le pied à plat sur la pédale me convient tout à fait pour le moment.

Technique de pieds et vitesse…

Au cours de la période écoulée, j’ai continué à travailler les exercices basiques de roulements et de changements de rythmes (voir La Double pédale / 2 – Premiers exercices).

Pendant les deux premiers mois, j’ai avant tout cherché à obtenir des roulements réguliers et des frappes équilibrées entre les deux pieds. Je me suis donc complètement concentré sur la technique de pieds en essayant de bien décomposer les mouvements. Faire travailler mon pied gauche s’est également avéré essentiel. Mon objectif : acquérir puissance et souplesse tout en organisant la coordination avec le pied droit.

Je pense d’ailleurs que ce travail commence à porter ses fruits. Je ressens de moins en moins de gêne lorsque j’utilise ce pied « faible » aussi bien à la grosse caisse qu’au charleston.

Bref, acquérir de la vitesse n’a pas été mon leitmotiv principal. J’ai travaillé les exercices basiques en augmentant peu à peu le tempo entre 60 et 80 bpm. Et, je suis souvent revenu à des paliers de vitesse inférieurs quand je sentais que la technique ne suivait plus le rythme.

Varier les exercices…

Depuis quelques semaines, je travaille l’exercice de la pyramide. Il permet d’enchaîner quatre mesures de noires, puis quatre mesures de croches, de triolets, de doubles croches, de sextolets et de triple croches.

L’exercice peut être réalisé en frisé et en roulé, mais également en commençant avec le pied droit puis le gauche.

En frisé, je suis descendu à 45 bpm environ pour faire la pyramide complète et afin de bien décomposer et mémoriser les enchaînements.

En revanche, en doublé, je cale encore sur les sextolets et les triples croches. Alors, pour l’heure, je travaille ces débits  indépendamment à des tempi très très lents.

La double pédale / 3

 

La double pédale / 3

Pour toutes ces séances, le juge de paix est, comme d’habitude, le métronome (qui est toujours mon meilleur ami !).

A l’image du travail des mains à la caisse claire, je pense qu’il vaut mieux dans un premier temps acquérir une bonne technique avant d’essayer d’atteindre des vitesses plus élevées.

La coordination pieds / mains…

Après cette toute première approche mettant en jeu uniquement les pieds, j’ai peu à peu introduit le travail des mains dans les exercices de double pédale.

Tout d’abord, le jeu de cymbale (charley ou ride) vient marquer tous les temps. Il rythme ensuite les temps et contre temps en croches. Puis, le back beat est joué sur la caisse claire.

La double pédale / 3

Le but est alors de coordonner le jeu des mains et des pieds. Car l’utilisation du pied gauche ajoute une donnée supplémentaire qu’il faut intégrer. Et, ce simple ajout suffit à dérégler toute la machine !

Et même si mon pied gauche commence à acquérir plus de souplesse, je continue à pratiquer des exercices qui permettent d’alterner le contrôle pied droit / pied gauche. Voici un exemple d’exercice qui propose de mener le rythme en alternant les pieds d’une mesure sur l’autre (vous pouvez voir la démonstration réaliser par Ash PEARSON du groupe REVOCATION sur la chaîne DRUMEO).

Pour retrouver un équilibre entre les quatre membres, je reviens donc à un tempo assez lent et je recommence à décomposer chaque mouvement et chaque enchaînement.

C’est un véritable travail de précision inévitable avant d’envisager aller plus loin.

Les premiers grooves avec la double pédale…

La récompense de cet apprentissage c’est de pouvoir jouer ses premiers grooves incluant la double pédale.

La base de ces rythmes est simple : le charleston (ou la ride) joué en croches, le back beat sur la caisse claire et des motifs en noires, croches et doubles croches avec la double pédale.

Voici quelques exemples de grooves que l’on peut aisément jouer après quelques mois d’apprentissage, à un tempo de 100 bpm.

Le premier rythme est plutôt simple et permet de travailler les séries de trois coups sur la grosse caisse.

Le deuxième rythme permet d’aller un peu plus loin, la principale difficulté étant la présence de deux séries de quatre doubles croches.

Dans le troisième rythme, il faut enchaîner cinq coups successifs à la double pédale. Et, il y a un petit piège dans la deuxième mesure avec une série de quatre doubles croches commençant sur le pied gauche.

Pour compléter la vidéo, vous pouvez télécharger gratuitement les partitions des différents rythmes présentés avec ce lien.

Des résultats encore très perfectibles…

Comme je le fais souvent, j’ai réalisé cette vidéo à partir d’images prises afin d’évaluer ma progression et mes défauts.

Je commence par les points positifs : ma position est beaucoup naturelle et équilibrée. Et, j’aime bien la sonorité de la grosse caisse avec les battes collées contre la peau.

En revanche, le visionnage des images m’a permis de repérer des problèmes comme des débits irréguliers ou trop saccadés, des décalages entre le jeu aux mains et aux pieds, etc …

Bref, tout cela reste encore très perfectible…

Un apprentissage semé d’embûches…

Après ces quelques mois de pratique, j’ai l’impression de franchir une première étape.

La phase initiale de découverte est achevée et je commence à rentrer dans le vif du sujet.

De nouvelles sensations apparaissent peu à peu et elles me donnent envie de poursuivre le travail même si cet apprentissage est semé d’embûches : adaptation de la position derrière la batterie, travail du pied gauche, coordination des quatre membres, jeu lent au métronome…

Néanmoins, je pense que cela en vaut la chandelle car la double pédale peut apporter énormément à mon jeu. Sur le plan technique évidemment, c’est un pas de plus vers l’indépendance des membres. Et musicalement, elle peut enrichir mon jeu avec une incroyable palette de nouveaux plans et rythmes.

A suivre …

 

Et vous, connaissez-vous des difficultés dans votre apprentissage de la double pédale ? J’attends vos retours d’expériences et vos commentaires !

 

Si cet article vous a plu, abonnez-vous à la chaîne YOUTUBE et à la newsletter de Rim Shot & Ghost Note.

Et n’hésitez surtout pas à commenter et à partager ce contenu ! Merci.