Avec le retour des premiers rayons de soleil vient l’époque du grand ménage de printemps.

Une activité qui peut également s’appliquer à notre instrument favori si l’on souhaite le maintenir en bon état et garantir une bonne sonorité.

Je viens de faire une révision complète de mon kit. C’est pour moi l’occasion de partager les choses à faire ou, au contraire à éviter, pour préserver au maximum votre batterie.

La valeur de notre équipement justifie pleinement que l’on y consacre un minimum de temps au moins une fois dans l’année.

Alors, on remplace les baguettes par un tournevis, on relève les manches et on met les mains dans les fûts !

ménage

Photo libre de droits [CC0 Public Domain]

Un outillage adapté …

Avant de se lancer tête baissée dans le démontage de votre batterie, il est utile de réunir tous les outils nécessaires. La liste n’est pas très longue :

  • une clef de batterie, bien entendu,
  • des tournevis et des clefs de type “allen”,
  • des chiffons doux (microfibre) ou une peau de chamois,
  • du lubrifiant.

Un aspirateur et une soufflette à air comprimé peuvent aussi être très utiles pour combattre la poussière au cours de ce grand ménage.

Suivant le travail à réaliser et l’état de votre instrument, vous pouvez ajouter :

  • du produit nettoyant adapté aux différentes surfaces à traiter,
  • de la paraffine,
  • du papier de verre,
  • du dégripant.

L’idéal est également d’avoir sous la main quelques pièces de rechange basiques comme :

  • quelques vis et écrous (pour les coquilles notamment),
  • des rondelles en plastique ou en métal (pour les tirants, etc …),
  • des tampons en feutres, des coupelles métalliques, des protèges-tilter en plastique et des vis papillons (pour les cymbales),
  • les patins en caoutchouc adaptés à vos différents pieds,
  • des liens pour le timbre de la caisse claire,
  • etc …

Par ailleurs, si vous avez constaté l’usure de certains éléments, il faut les acheter préalablement. Il peut s’agir :

  • des peaux,
  • des ressorts des pédales,
  • du timbre de la caisse claire,
  • de tirants, de cheminées ou de crochets,
  • de bagues mémoire,
  • etc …
ménage

Photo libre de droits [CC0 Public Domain]

4 conseils avant de vous lancer …

Et voilà quatre autres conseils qui peuvent avoir leur importance pour éviter de faire des bêtises pendant ce grand ménage de printemps :

  1. Installez-vous dans un local assez spacieux. En temps normal, la batterie prend beaucoup de place. Mais, une fois démontée, c’est encore pire !
  2. Prévoyez des protections adaptées. Cela vous évitera les chocs malencontreux et les rayures sur le matériel que vous êtes censés remettre en état !
  3.  Repérez la position et le réglage des différents éléments avant le démontage. Cela vous évitera de perdre un temps précieux pour rechercher les réglages qui vous avez mis tellement de temps à peaufiner !
  4. Utilisez uniquement des produits adaptés aux surfaces à nettoyer (bois, métal, plastique, chrome, rodoïde, peinture ….) et ne jouez pas les apprentis sorciers. En cas de doute, renseignez-vous, faites un essai ou passez votre chemin !
ménage

Image libre de droits [CC0 Public Domain]

Le démontage des fûts …

Maintenant, on rentre dans le vif du sujet avec le démontage des fûts.

Tout l’accastillage peut être démonté pour retrouver un fût nu : cercles, peaux, coquilles, tirants, pieds et système de suspension.

Encore une fois, cela dépend de l’état général de votre batterie.

Pour ma part, j’ai démonté les cercles et les peaux, ainsi que les pieds et les systèmes de suspension. En revanche, je ne suis pas allé jusqu’au démontage des coquilles. Je me suis contenté de vérifier l’état des vis (absence d’oxydation) et leur serrage.

Quelles opérations de nettoyages et vérifications faut-il faire sur les fûts ?

En premier lieu, il faut vérifier que le fût n’est pas déformé, ce qui nuirait à sa sonorité. L’inspection du chanfrein est également primordiale. Il doit être parfaitement lisse et régulier. A défaut, les peaux n’entrent pas correctement en contact avec le fût et la qualité du rendu sonore s’en trouve dégradée.

Si vous constatez de légères imperfections, vous pouvez les corriger en intervenant (très légèrement) avec du papier de verre. Si les dégâts sont plus importants, je vous conseille de faire appel à un professionnel.

Pour terminer avec le chanfrein, certains batteurs lui applique de la paraffine afin d’améliorer le contact avec la peau.

Un grand ménage en règle …

Poursuivons notre grand ménage !

Avec un chiffon doux, vous pouvez ensuite éliminer tous les petits débris et poussières qui se sont accumulés à l’intérieur du fût.

Vient ensuite le nettoyage du revêtement extérieur. Ma batterie étant recouverte d’un rhodoïde, j’ai opté pour la méthode douce avec un chiffon très légèrement humide. L’opération est suivie par un essuyage minutieux avec un chiffon sec pour éviter que l’humidité migre dans le bois.

Certains préconisent l’alcool à brûler qui est dégraissant et non agressif. D’autres utilisent le polish, la cire d’abeille, l’encaustique ou le produit pour les vitres. Les lingettes nettoyantes ont tendance à laisser un film sur le revêtement. En bref, faire un essai peut s’avérer judicieux avant de choisir une méthode et de l’appliquer à l’ensemble du kit.

Inutile de préciser que le lavage à grande eau des fûts en bois est à proscrire !

ménage

Photo libre de droits [CC0 Public Domain]

Le rhodoïd est-il abîmé ?

Le nettoyage des fûts est aussi l’occasion de vérifier l’état du revêtement. Est-il décollé ou gondolé ? Présente-il des chocs ou des rayures ?

Dans la majeure partie des cas, il s’agira de petits désordres :

  • réparer le revêtement rhodoïd qui commence à se décoller au droit du joint de collage. Autant intervenir tout de suite avant que cela ne s’aggrave : nettoyage de la sous-face du rhodoïd, quelques bandes de scotch de masquage en protection, un peu de colle contact (à tester au préalable pour qu’elle ne fasse pas fondre le rhodoïd !), des serre-joints pour maintenir le collage en place, de la colle cyanoacrylate pour souder le joint, etc …
  • Si le rhodoïd est un peu rayé, c’est plus compliqué (ça dépend surtout de la profondeur de la rayure et de la qualité du rhodoïd !) : ponçage au papier abrasif à l’eau (grain très fin), pâte à polir, pâte à lustrer ou polish et beaucoup de délicatesse …

En cas de problème plus sérieux, il faudra peut-être envisagé une intervention de rénovation plus lourde et ne pas hésiter à faire appel à un professionnel de la restauration.

Et si, comme moi, votre batterie est équipé d’un système d’éclairage décoratif, profitez-en pour vérifier les connexions et les fixations (voir “Customiser sa grosse caisse”).

Cure de jouvence pour l’accastillage …

Avant de procéder au remontage des fûts, vérifiez que l’accastillage ne comporte pas de trace d’oxydation ou de corrosion, que les chromes ne sont pas piqués.

Dans le même temps, vérifiez l’état des tirants et des cheminées dans les coquilles (filetage, pas de vis, etc …).

Pour le nettoyage, j’adopte une nouvelle fois la prudence avec un chiffon très légèrement humide. Les différentes pièces sont ensuite essuyées avec un chiffon sec pour éviter la corrosion.

Pour les chromes, l’alcool à brûler semble être un bon nettoyant qui ne laisse aucun dépôt gras et qui n’est pas agressif pour les autres surfaces. Certains spécialistes du grand ménage préconisent également de laisser tremper les pièces dans un bain d’eau chaude additionnée de liquide vaisselle puis de les sécher minutieusement avant de les lustrer avec un peau de chamois.

Pour les petites traces de corrosion, il faut employer un abrasif très doux de façon à n’intervenir que sur la surface des chromes : polish, pierre d’argile (ou encore pierre blanche ou pierre d’argent), paille de fer la plus fine possible, etc … L’application d’un produit multifonction de type WD-40 peut également vous aider à redonner de l’éclat à vos chromes.

Après le nettoyage, vous pouvez aussi faire quelques retouches avec une peinture argentées.

En revanche, si les chromes sont très attaqués, il n’existe pas de solution miracle. Il faut remplacer les éléments endommagés ou encore les confier à un spécialiste pour refaire le chromage.

Les cercles constituent un vrai nid à poussière. En plus de les nettoyer, il faut vérifier qu’ils ne sont pas déformés.

ménage

Photo libre de droits [CC0 Public Domain]

Le remontage …

Votre ménage prend fin pour les fûts. Vous pouvez désormais commencer le remontage de ces derniers.

Si vous avez démonté les coquilles, il est inutile de trop serrer les vis au risque d’endommager le fût et le revêtement extérieur.

Ensuite, vous pouvez remettre en place les peaux, puis les cercles et finalement les tirants.

Au cours du remontage, vous pouvez lubrifier (très légèrement, encore une fois !) les cheminées des coquilles et le pas de vis des tirants. Ces derniers doivent être bien droits et il faut vérifier qu’ils sont effectivement munis d’une rondelle.

Pour moi, ce grand ménage de printemps est également l’occasion de remplacer l’ensemble des peaux de frappe et de résonance. Il ne vous reste plus qu’à accorder l’ensemble !

Ne perdez pas les pédales …

On s’attaque maintenant au hardware !

Pour les pieds de cymbales et autres stands, c’est plutôt simple.

Dépoussiérage et nettoyage des chromes. Vérification des clamps, des rotules, des bagues et des différentes pièces mobiles. Et vérification de l’état des tampons en caoutchouc des pieds pour conserver une bonne stabilité.

ménage

Crédit photo : FR[ed]C

Pour les pédales du hi-hat et de la grosse caisse, vous pouvez insister sur le ménage. En effet, elles récupèrent toutes les poussières et débris divers qui viennent se loger dans le moindre espace. L’utilisation d’une soufflette à air comprimé peut s’avérer utile.

J’ai renoncé à démonter mes pédales car j’ai trop peur de perdre mes réglages. Je me contente de lubrifier les pièces en mouvement et de vérifier le serrage des vis et les jeux qui peuvent s’installer au niveau des différentes articulations.

Pour la pédale de grosse caisse, je surveille plus particulièrement le ressort qui peut avoir tendance à s’étirer avec le temps. Et, si les battes sont vieillissantes, il faut bien entendu prévoir leur remplacement (voir “La bataille des battes”).

Prendre soin de ses cymbales en douceur …

Passons maintenant aux cymbales.

Dans un premier temps, il s’agit d’un démontage classique qui permet de vérifier l’état des coupelles, des feutres et de les remplacer si nécessaire. Cela peut paraître anodin, mais il s’agit d’éviter le fameux “keyhole”, c’est à dire la déformation du trou central de la cymbale. Cela n’a pas forcément d’incidence sur la sonorité mais plutôt sur l’esthétique (décôte certaine pour la revente !) et bien entendu sur l’intégrité de la cymbale qui est fragilisée.

Ensuite, l’entretien des cymbales est assez spécifique. Il concerne :

  • l’accumulation de poussières et de salissures diverses,
  • les traces de coups de baguettes,
  • l’oxydation naturelle du métal ou celle causée par l’acidité de nos doigts.

Tout cela créée de nombreuses traces et une patine plus ou moins régulière.

ménage

Photo libre de droits [CC0 Public Domain]

Comme précédemment, j’ai opté pour un ménage en douceur : chiffon microfibre pour enlever la poussière puis chiffon humide pour les tâches et essuyage avec un chiffon sec. Pour les tâches, les marques (légères) dues aux baguettes et les traces (fraîches) de doigts, il faut frotter assez vigoureusement et en suivant de préférence le sens des sillons.

Si les cymbales sont un peu encrassées, vous pouvez ajouter du savon (noir ou de Marseille) ou employer de la pierre d’argile. Pour un nettoyage plus sérieux, les spécialistes conseillent l’emploi du jus de citron ou du vinaigre blanc.

Utiliser des produits chimiques …

Ensuite, chaque fabricant de cymbales propose son produit d’entretien adapté : PAISTE “Cymbal Cleaner” et “Cymbal Protector”, ZILDJIAN “Cymbal Cleaning Polish”, SABIAN “Cymbal Cleaner”, MEINL “Cymbal Cleaner” et “Cymbal Polish”, etc …

La marque américaine GROOVE JUICE commercialise également toute une gamme de produits d’entretien dont “Cymbal & Hardware Cleaner”.

Mais, il s’agit de produits chimiques plus ou moins agréables à manipuler et qui nécessitent quelques précautions et des protections adaptées.

Quant au prix, il est plutôt excessif : de 9 à 17 € pour un flacon de 250 ml soit 68 € / litre !

ménage

Les produits d’entretien des grandes marques de cymbales

Tous les produits nettoyants corrosifs sont à proscrire au risque de rayer la cymbale et d’enlever le vernis protecteur appliqué en usine sur de nombreux modèles. De plus, une intervention musclée fera généralement disparaître les logos appliqués sur la surface des cymbales.

Une nouvelle fois, je vous conseille de procéder par étapes et de réaliser des essais avant d’appliquer un produit sur toute la surface.

Patine et oxydation …

La patine observée sur d’anciennes cymbales n’est pas due uniquement à l’encrassement de ces dernières. Il s’agit davantage d’une réaction naturelle du métal au contact de l’air et de l’humidité ambiante. Cette oxydation en surface protège la structure inférieure du métal en l’isolant de l’extérieur. Dans la majeure partie des cas, je trouve cette coloration assez belle. De toute façon, sur le cuivre, cette oxydation reste solidaire du support. Alors, à moins d’intervenir par ponçage sur la première couche du métal, il sera difficile de s’en débarrasser.

ménage

Photo libre de droits [CC0 Public Domain]

Et, malheureusement, c’est un peu le même problème lorsqu’on constate une oxydation ponctuelle causée notamment par les doigts du batteur.

Quant aux fissures et rayures, il faudra confier votre cymbale à un professionnel pour étudier une solution de rénovation adaptée.

Les avis divergent …

Si vous parcourez régulièrement les sites et forums consacrés à la batterie, vous aurez sans doute remarqué que l’entretien des cymbales est un sujet qui revient régulièrement … et pour lequel les avis divergent !

J’ai questionné quelques professionnels sur le sujet et, pour résumer, l’entretien des cymbales est aussi une affaire de goût.

Autrement dit, si vous êtes adeptes des cymbales brillantes (voir étincelantes !), l’entretien doit être très régulier. Au contraire, si vous aimez comme moi, la patine naturelle du métal, vous pouvez espacer les séances d’astiquage. Et, ça donne bonne conscience aux fainéants et autres allergiques au ménage ! ! !

Autre point évoqué : laisser vieillir naturellement les cymbales aurait une influence sur leur sonorité. Ainsi, les dépôts accumulés sur la surface du métal forment une couche très fine qui neutralise les fréquences aigus et agressives de nos galettes préférées.

Quelques conseils complémentaires …

En plus de ce grand ménage, d’autres conseils vous permettront de maintenir votre instrument favori en bon état :

  • Entretenez régulièrement votre batterie. Cela limitera la longue corvée de l’entretien annuel.
  • Nettoyez vos cymbales après chaque utilisation. Un petit coup de chiffon évitera notamment aux traces de doigts de commencer leur travail d’oxydation.
  • Stockez votre batterie à l’abri de l’humidité et des grands changements de température.
  • Si vous déplacez régulièrement votre kit, investissez dans des housses ou hardcases adaptées et de qualité.
  • Manipulez vos cymbales avec des gants ou, à défaut, attrapez-les sur la tranche avec le bout des doigts (ou la paume des mains).
ménage

Crédit photo : FR[ed]C

Votre batterie vous le rendra …

Vous trouvez cet entretien long et fastidieux …. Vous considérez que c’est un temps perdu pendant lequel vous ne jouez pas ….

Mais c’est un mal nécessaire si l’on considère que la batterie est un instrument relativement fragile et côuteux sur lequel nous passons notre temps à taper !

Ainsi, un entretien régulier vous permettra à coup sûr de conserver une sonorité optimale. Dans le même temps, si vous pensez à la revente, c’est un investissement en temps qui vous permettra de maintenir sa valeur. Et, si vous pensez avant tout à votre propre bien-être vous augmenterez sa longévité et cela vous permettra de déceler assez tôt d’éventuels problèmes avant qu’ils ne s’aggravent.

Et, après un bon nettoyage, j’ai l’agréable impression de retrouver une batterie toute neuve et en pleine forme ! Elle retrouve de la voix et me rend bien le temps passé à la bichonner !

 

Et vous, comment prenez-vous soin de votre batterie ? Avez-vous des astuces pour faciliter cet entretien ? Partagez vos trucs de fée du logis dans les commentaires !

 

Un grand merci à Fred Baslé de LA CAVE A CYMBALES, à Johan Nicolas Janicke et à Emmanuel de OLDRUMS CUSTOM VINTAGE pour leurs renseignements éclairés.

 

Si cet article vous a plu, abonnez-vous à la newsletter de Rim Shot & Ghost Note.

 

Et n’hésitez surtout pas à commenter et à partager ce contenu ! Merci.

 

Sources …